•  

    Envoi de Serge : 

     

    Une deuxième ruche !

    Hier, vers 15h, je sors pour humer l'atmosphère ! et je vois de loin une 
    grande agitation autour de ma ruche. Depuis quelques jours déjà, j'avais 
    constaté la présence de visiteuses ou plutôt d'éclaireuses sur la plage 
    d'envol d'une ruche vide que j'avais installée à côté de la première 
    occupée depuis  1 an, au cas où cette dernière aurait décidé d'essaimer 
    faute de place. Dans cette hypothèse, j'avais parfumé avec de la mélisse 
    et du miel. Je m'approche donc tranquillement, comme d'habitude, en 
    effet, cela fait 3 ou 4 ans que je viens voir mes ruches auparavant 
    vides avec l'espoir de les trouver occupées. Cette fois çà y est ! 
    beaucoup de monde autour et collées contre la ruche, des grappes 
    d'abeilles frémissantes, toutes placées pour indiquer la direction de 
    l'entrée à celles qui arrivent. La reine doit être à l'intérieur et son 
    odeur bat le rappel. La majorité de l'essaim a du déjà entrer, donc je ne 
    peux pas savoir s'il est gros ou pas ! Mais il y a du monde semble-t-il ! 
    Vite,au risque de me faire attaquer, je tente de nettoyer à la main 
    sommairement, en passant entre les abeilles en vol, les abords 
    encombrés par les herbes, pour faciliter leur approche. J'ai le cœur qui 
    bat fort ! je suis fébrile et je ne sais que faire, pourtant, je m'y 
    prépare depuis des années !! Tout se passe très bien, les abeilles savent 
    ce qu'il faut faire. Mais si çà ne leur convient pas elles partiront !
    Je suis tellement préoccupé que j'oublie la présence de ma première 
    ruche dont les abeilles vaquent à leur affaire comme si rien n'était, 
    pourtant placées à 1 mètre à peine. Je passe devant, je heurte leur 
    ruche, je les gène pour entrer, je fais du bruit, elles me contournent, 
    sans me piquer, comme si elles savaient que ce n'était pas le moment 
    d'attaquer ! Je cours chercher mon appareil photo, je préviens Christiane 
    au cas où je succomberais à une crise cardiaque ! Vite une vidéo !
    Ouf ! tout va bien, tout le monde est rentré et à la nuit tombée je tente 
    une visite par la vitre que j'ai installée derrière le corps de ruche. 
    Vide ! plus rien dans cette partie de la ruche ! Pourtant j'entends un 
    bruissement important. L'ensemble de l'essaim s'est reconstitué dans la 
    partie haute de la hausse de ruche et s’apprête à passer la nuit au chaud !
    Aujourd'hui, première sortie pour les butineuses, qui tournent en grand 
    nombre autour de l'entrée, examinent les points de repères, s'orientent 
    avant de faire une tentative plus loin. Mais pas de chance il pleut, et 
    pour aller se nourrir, ce n'est pas facile. Leur réserve de miel, 
    constituée avant de partir de leur première ruche, est épuisée. Je 
    crains une hécatombe, si elles ne mangent pas vite. J'ai du candi 
    spécial abeilles, mais je ne veux pas ouvrir la ruche pour le leur 
    donner, il fait frais et à l'intérieur une grappe a du se former autour 
    de la reine pour la protéger ; ne la dérangeons pas !. J'ai donc frotté 
    mon candi contre la grille du haut de la ruche pour en faire  passer 
    entre les mailles. J'en mets aussi quelques morceaux sur la plage 
    d'envol. C'est la curée ! elles avaient faim, elles se sont attablées et à 
    défaut de nectar elles mangent ce sucre peu naturel avec avidité.
    Ce matin, je soulève le toit, une bouffée d'air chaud me frappe la 
    figure, je regarde, vite fait, le candi que j'avais mis sur la grille du 
    haut de la ruche. Plus rien ! les abeilles ont réussi à tout manger par 
    dessous, à travers les mailles, en faisant descendre peu à peu le bloc 
    que j'avais mis !
    Je renouvellerai l'opération encore deux ou trois fois, puis je les 
    laisserai se débrouiller toutes seules. Je vois qu'elles commencent à 
    rentrer du pollen. Elles doivent donc aussi se nourrir à l'extérieur 
    avec le nectar des fleurs qu'elles butinent.
    Voici donc un souci de plus avec cette 2ème ruche, et ce n'est pas fini, 
    car la première va bientôt avoir envie d'essaimer.
    Il faudra aussi la diviser pour défaire mon échafaudage de fortune et 
    peu conforme, pour repartir sur de bonnes bases. 

     
     

     

     

     

     

     

    « »